INFO SUIVI DOSSIERS ARTICLE 30

12 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,

Il y a des anniversaires que l'on ne souhaite pas, mais aucun membre de notre communauté n'évitera de penser que cela fait un an que notre entreprise a été torpillée.
La majorité d'entre nous est toujours à la recherche d'un emploi, et cette quête est pour certain plus vitale.
Gardons espoir dans l'avenir, même si la conjoncture actuelle est défavorable.

Les dossiers "Article 30" que vous avez confiés aux organisations syndicales ont été remis comme prévus à l'avocate.
Le volume est très important, ce qui va nécessité l'embauche par l'avocate d'un salarié pour en assurer le traitement rigoureux.
Après contrôle et mise en forme, l'action prud'homale sera officiellement engagée comme promis.

Les actions parallèles d'autres copains de points extérieurs sur des licenciements abusifs sont également intéressantes, mais elles se basent sur d'autres stratégies et revendications.
Il est essentiel pour eux de comprendre que si tous les salariés de CP avaient eu la même démarche juridique en revendiquant un licenciement abusif, leur action aurait été de facto vidée de son sens, et aurait permis à ceux qui sont attaqués (liquidateur) de ne pas être condamnés à terme.

Voilà ce que je tenais à vous dire, sans oublier de vous souhaiter à tous beaucoup de courage et de volonté.

Au plaisir de vous revoir à l'occasion.

Jean-Charles
cfdt.excamif@laposte.net





Dernière modification le 27-10-2009 à 09:07:53

0 appréciations
Hors-ligne
Camif un an déjà
Aujourd'hui un an déjà, vous vous souvenez de moi ? la vieille dame exécutée, c'était le 27 octobre 2009, sur les bancs du tribunal assise, pour les entendre me condamner, dehors c'était la désolation, la colère, l'indignation. Tous ces emplois sacrifiés, en 10 ans ils m'ont détruite, gangrénée par leurs ambitions, leurs décisions iraisonnées, ma richesse ils l'ont dilapidée. Mais ce ne sont pas eux qui ont payé. Moi je n'étais qu'une enseigne qui brillait sur le Niortais, Le plus grave dans tout cela, ce sont les humains laissés sur le bord du chemin, ils pleuraient, leur avenir en un instant s'écroulait. Aujourd'hui soi-disant que je renais, mais vous, vous le savez ce n'est pas vrai. C'est mon nom maintenant qu'ils vont exploiter pour se faire du blé, Mais que sont devenus les employés, ceux qui avaient construit ma beauté, c'est encore la galère pour la majorité, moi l'employée aujourd'hui désoeuvrée qui fait pleurer l'encre sur le papier, la page je n'arrive pas à la tourner, parfois encore malgré moi je pleure, je ne peux calmer en moi cette douleur, a ce jour je n'ai toujours pas d'employeur malgré moi pour demain j'ai peur, heureusement il me reste mes amis les mots, grâce à eux je sors ma rancoeur et pas à pas j'avance vers la guerison, mais je sais que ce sera encore long.
Bon courage à Tous.

0 appréciations
Hors-ligne
Désolée ce doit être l'émotion, vous avez corrigé de vous même c'est le 27 octobre 2008 bien sûr.

0 appréciations
Hors-ligne
Et oui, déjà une année de passée et toujours la même émotion quand on reparle de la Camif...
Je vous souhaite à tous beaucoup de courage et de bonnes choses pour la suite.
sab

0 appréciations
Hors-ligne
Message masqué car ce membre a été désactivé

0 appréciations
Hors-ligne
un an déjà!j'ai l'impression que c'était hier.je ne sais pas si vous etes comme moi mais le deuil n'est toujours pas fait.je passe comme olivier devant notre magasin et j'ai toujours l'impression qu'on va ré-ouvrir.hélas!!ce n'est pas le cas.l'aventure CAMIF pour moi a duré 20 ans.je ne les ai pas vu passer.par contre cette derniere année pour moi a duré 10 ans.j'aimerais avoir une machine à remonter le temps et je repartirais quelques années en arriere pour modifier ce qui aurait du etre.je souhaite bonne chance à tout le monde et j'espere que tous vous retrouverez du travail.

0 appréciations
Hors-ligne
Un an déjà, une année au chomage à tourner en rond Quand je vois le bel outil de travail que nous avions sur CLermont et qui demande qu'à réouvrir ses portes ça me désole Est-ce normal que l'on se serve de l'enseigne CAMIF et du fichier clients pour se faire du fric? Tout était combiné pour sacrifier 780 employés Si certains de nos supérieurs étaients venus dans les magasins pour dialoguer avec les vendeurs nous n'en serions sans doute pas là. Sachez que dans une société, les premières personnes productives sont les vendeurs.Je souhaite bonne chance à tous et pour moi à 57 ans retrouver un job équivalent....

0 appréciations
Hors-ligne


Déjà un an... Je travaillais au mag de Paris, souvent on était dans les premiers dans le chiffre d'affaire et vous vous souvenez les chalenges véronèse... Waououou, un an. Cè vrai cè dure de tourner la page...
pour ce blog, dommage qu'il ferme ses portes.
courage à tous.
je sais cè pas évident...

Bonne chance pour la suite.
A très bientôt. :by:
alach

0 appréciations
Hors-ligne
alach

0 appréciations
Hors-ligne
Message masqué car ce membre a été désactivé

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 804 autres membres